REVUE ET GAZETTE MUSICALE de Paris 1843

No 37, September 10, 1843

pp.314/15/16: ADOLPHE SAX. It would be interesting to search for what imagination is, that each one interprets in his own manner. Does it consist of thought going towards the unknown, without rule nor limit, with disregard of any brake, or does it appear as richness and abundance of ideas, which follows the laws of the method and obey them? All men with a right and firm critical spirit lean towards this last manner of showing imagination. It is said that genius is imagination regulated by reason, and this is correct. It appears from time to time from these presumptuous minds, which are thought to be creative because they are innovative, who take the ramblings for imagination, and would willingly declare themselves, if they dared, to be half a century ahead of their contemporaries. The public, however circumvented they may be, is justified sooner or later in these claims.

Corneille, after having wandered in his early pieces, returned within the limits of reason and logic to give birth to the immortal masterpieces. Molière, genius that he was, guessed almost right away which of these limits produced only error and poor flavor. The men who made revolution in human understanding, in language, sciences and arts, were exact and ordered men. It is to the study of this symmetry that Pascal owes the uprightness of his judgment, which did not prevent him from being the most spiritual and elegant writer of his time. Descartes, Newton, d’Alembert and Jean-Jacques Rousseau, prove that knowledge does not harm imagination. It is the same for music: from Palestrina to Cherubini, Gluck, Haydn, Mozart and Beethoven sufficiently proved to us that strict studies, or pure style, cannot harm the boldness of creation. Of course, grammar and syntax do not at all give you richness of ideas if you don’t “bathe in yourself,” and that our good abbot Delille, an adequate writer, was of all our poets the least suitable to sing “imagination,” which made an immeasurable poem; but always any artist who claims to impose on the public productions made with contempt for the necessary rules, essential for all great masters, necessarily has in his brain a mixture of madness, presumption and impertinence, and there remains only for him nothing other than to proclaim himself misunderstood. Without stopping these exceptional and tiring men, there are plenty of misunderstood or ignored artists who deserve to be drawn from the darkness which weighs them down, and which is not made for them; among them is Mr. Adolphe Sax.

Mr. Sax is a young gifted Belgian with mechanical genius, having the utmost feel for sonority which flows from all his pores, or rather from all the many wooden or brass instruments that he has already invented or improved. And, as we have just said, just as imagination must be based on the method, which is regularized, strengthened, and purified by the study of geometry and logic in literature, by patient study of drawing in paintings, study of counterpoint and fugue in music; likewise the meticulous observation of all the parts of the sounding body, its properties, the theory of sounds, the mathematical proportions of tubes and their boring, realities of acoustics, joined to the mysteries, the probabilities and speculations of acoustics (sic), are used to support and rule the imagination, and only they inform the good violin makers, the famous makers, such as Amati, Maggini, Guarnerius, Stradivarius, Erard, Pape, Pleyel, etc.

“The manufacture of wind instruments has been stagnant in France for a long time, and even in Europe, except perhaps in Germany, where one made several attempts of this kind which produced rather interesting results. Thus, Mr. Sax appears, improving the standard instruments and inventing new ones. He plays as an intelligent artist, as a virtuoso. It is commonly thought that an industrialist-artist of this kind and this merit is little liked by routine-driven professors and instrument makers: therefore he has no fear, no fear of threats through anonymous letters and no fear of discouragement, as others have already made him undergo. It is in these occasions that the press has a noble mission to fill, to denounce the ignoble jealousies and to encourage a downtrodden courage. But while speaking about this misunderstood artist, we do not quite know if we will be able to make ourselves understood with our readers, and to urge them to follow us in this difficult path, in inevitably technical descriptions of these instruments.

“Mr. Sax, if he did not create the bugle, he widely extended its family; for the bugle is first cousin of the trumpet, and one cannot better the combination of the two in cavalry brass bands, especially by the extension which Mr. Sax gave. We now have, thanks to him, a small bugle in Eb, a bugle in Bb, a tenor or baritone bugle in Eb, a bass bugle, a contrabass bugle and a trombone ophicléide. It is readily understood how much the traditional brass band acquires, by these new creations, a harmonic richness. All these instruments, already sounding less rough than the trumpet by their improvements, are more softened by two systems of cylinders, different from those in use in Vienna, Berlin and Brussels. So far, one had given these brass instruments a complicated, fragile mechanism, and consequently prone to getting out of alignment, and which moreover, by the disadvantage of curves or angles too close to each other, harmed its sonority. By the process of Mr. Sax’s two new cylinder systems, these disadvantages are only to be feared in noncylindrical instruments. Such as they have been manufactured up to now, the intonation of these instruments could not be corrected or modified: now, the cylinder of a semitone, for example, which makes B natural or F # or C #, when the instrument is changed by about half [with the use of the tuning slide], with the result that the semitone produces no more than one large quarter tone in these last cases. Until now, no instrument with pistons, cylinders, keys or holes could produce sliding sounds, sounds with altered pitches, or delicate notes like the violin. For example; one now obtains these effects by the means of a slide with a spring, which does not complicate the shape of the instrument’s contours. To give an idea of it, it will be enough to say that it is the slide or pump cornet with pistons, which was used for lowering or raising the tone, moved with a spring which is moved by the second finger of the left hand, and which modifies the sound without lessening its intensity, its glare, or its quality.
“With the ophicléide, the holes and pads which cover the keys deafen the instrument considerably, and make them difficult to play. Mr. Sax corrected these disadvantages by removing the holes by means of a brass plate which, when closed, is flush with the interior wall of the instrument, so that there is preserved out of elastic matter, only the part posed on the edge of the opening: the same thing is practical with all keyed instruments. The inventor also applies his system of cylinders to the ordinary trumpet, to which this process does not do anything to weaken its strident and warlike voice, happier by these criteria in the horn, in which the pistons removed its melancholic and soft character and its full intonation produced by its stopped sounds.

“Independent of his very well coordinated system for brass instruments, they were to be adopted in all our military music, but especially in cavalry music. Mr. Adolphe Sax is, as we said, the inventive, rational creator of harmony instruments. His soprano clarinet, in addition to the fact that it descends lower than the ordinary clarinet, and that it has a multitude of features which would not be possible on the ordinary clarinet, can, without gripping the reed with the lips, still attack each note separately, forte or piano, with the least amount of effort, with great confidence and without preparing for each note: C, D, Eb, F, G, A, B, C, D, E above the fifth line of the treble clef and Eb and D natural below the treble clef, bass notes which do not exist on other clarinets. The part of the mouthpiece which is prone to deteriorations which result from humid or dry air, is made out of gilded metal on the new instrument, and consequently free of influences of the weather.

“The new bass clarinet made by Mr. Sax should change its name because of the great difference which distinguishes it from the previous bass clarinet in many respects. The diameter of its tube cannot be proportioned better with regards to its length, and moreover has a particular key system to close the holes, which, moreover, could not be done with fingers because of their size and broad spacing, so it was necessary to give improved [finger placement] for the spacing of the new key system. The bass clarinet is in Bb, an octave lower than the second ordinary clarinet. This beautiful instrument, before it reached its current degree of perfection, was announced by the Journal des Débats and la Gazette musicale. The author plays it with much ease; and at the same time he draws energetic, consistent sounds from it, of the most perfect equality [of intonation]. And do not be afraid that these beautiful results are heard by the ears of a minister, a fine arts director, a head of office or even by the Director of the Conservatory. This establishment’s professors, l’Opéra, and the Gymnase musical, who could benefit so well from these beautiful and good advances, will not fail to block them, only for the reason that they are so new and that it would be somewhat necessary to move back from the newly-blazed path. Adolphe Sax was not yet completely discouraged, and to comfort himself of the obstacles which he met with each step, he already named it, by the just pride of a father, the SAXOPHONE (sic). This instrument, that he has played for us, has a serious, noble and soft voice; it is made with brass, and its length is about eight feet. It makes, in its tube proportions, a parabolic cone through its entire length; it is fitted with nineteen keys covering the holes, of which some are about two inches in diameter. Its fingering is similar to that of the second clarinet [Bb], and has a similar mouthpiece, close to that of the new bass clarinets. Its range is three octaves, its lowest note is A. As Mr. Sax correctly said to us, we know that the [current] bass wind instruments have a sound that is either too hard or too weak. The ophicléide, which produces forte sounds with trombones, often has raucous, unequal and especially unpleasant sound in a hall and even outdoors; it is very difficult to modify them. The bassoon, on the contrary, is good only for accompaniment and certain effects which are unique to them; it is of almost no utility for forte sounds. Except for this last instrument, none of them sounds well with string instruments; brass instruments have a kind of strident tone which does not go well with that of string instruments. The saxophone remedies these disadvantages: with more intensity in its sonority, it goes with the string instruments better than any others. Ranging from the serious, resounding, solemn and striking sound to the organ and to the intonation of the human voice spinning out a perdendosi sound, it ties together all kinds of sonority. This beautiful and curious instrument is so to speak an eclectic mixture of the purest and smoothest effects of the sounding body.

“Thus trumpets, horns, four-valve bugles or flugelhorns classified by the various timbres and registers of the human voice to link the bass sounds to the high instruments; soprano clarinets and bass clarinets, sophisticated enough as to be able to pass for true inventions, a new instrument created and truly worthy of all the attention of the composers, such are the titles of this young and skillful instrument maker which defines Mr. Adolphe Sax as a misunderstood artist... or rather too understood by the professionals and the artists who have established their way, who believe that the future of musical art is compromised if one does not play the clarinet or the trumpet as their fathers played and as they still claim to play. That Mr. Sax isn’t at all discouraged, that he teaches young people to use his instruments which he plays so well himself; that he has his pupils play publicly, and the Conservatoire, the Gymnase de musique militaire, and l’Opéra will finally open their doors to him, because it is necessary that he succeed, and he will succeed. Signed Henri BLANCHARD.

No 37, du 10 septembre 1843

pp.314/15/16 :ADOLPHE SAX. Il serait curieux de rechercher ce que c'est que l'imagination, que chacun interprète à sa manière. Consiste-t-elle dans les élancements de la pensée vers l'inconnu, sans règle ni mesure, avec le mépris de tout frein, ou bien se manifeste-t-elle par la richesse et l'abondance des idées, qui reconnaissent les lois de la méthode et lui obéissent? Tous les hommes d'un esprit droit et ferme en critique penchent pour cette dernière manière de montrer son imagination. On a dit que le génie c'est l'imagination réglée par la raison, et l'on a dit vrai. Il apparaît de temps en temps de ces esprits présomptueux, qui se croient créateurs parce qu'ils sont novateurs, qui prennent la divagation pour l'imagination, et se diraient volontiers, s'ils l'osaient, en avant d'un demi-siècle sur leurs contemporains. Le public, quelque circonvenu quil soit, fait justice tôt ou tard de ces prétentions.

Corneille, après avoir erré dans ses premières pièces, est rentré dans les limites de la raison et de la logique pour enfanter d'immortels chefs-d'Ōuvre. Molière, en homme de génie qu'il était, devina presque tout d'abord que hors de ces limites il n'y avait qu'erreur et faux goût. Les hommes qui ont fait la révolution dans l'entendement humain, dans la langue, les sciences et les arts, étaient des hommes exacts et réglés. C'est à l'étude de cette géométrie que Pascal dut la rectitude de son jugement, ce qui ne l'empêcha pas d'être l'écrivain le plus spirituel et le plus élégant de son temps. Descartes, Newton, d'Alembert et Jean-Jacques Rousseau, sont là pour prouver que le savoir ne nuit pas à l'imagination/ Il en est de même pour la musique : depuis Palestrina jusqu'à Cherubini, Gluck, Haydn, Mozart et Beethoven nous ont prouvé suffisamment que les études sévères, le style pur, ne peuvent nuire à la hardiesse de la création. Bien entendu, que la grammaire et la syntaxe ne vous donnent point la richesse des idées si vous ne ‘lavez en vous, et que notre bon abbé Delille, écrivain correct, était de tous nos poètes le moins propre à chanter l'imagination, sur laquelle il a fait un incommensurable poème; mais toujours est-il que tout artiste qui prétend imposer au public des productions faites avec le mépris des règles reconnues nécessaires, indispensables par tous les grands maîtres, a nécessairement dans le cerveau une mixture de folie, de présomption et d'impertinence, et qu'il ne lui reste plus qu'a se proclamer homme incompris. Sans nous arrêter à ces hommes exceptionnels et fatigants, il en est aussi d'incompris, de méconnus, qui méritent qu'on les tire de l'obscurité qui leur pèse, et qui n'est pas faite pour eux: de ce nombre est M. Adolphe Sax.

M. Sax est un jeune Belge doué du génie de la mécanique, ayant au plus haut degré le sentiment de la sonorité qui lui sort par tous les pores, ou plutôt par tous ceux des nombreux instruments en bois ou en cuivre qu'il a déjà inventés ou perfectionnés. Et, comme nous venons de le dire, de même que l'imagination doit s'appuyer sur la méthode, qu'elle se régularise, se fortifie et s'épure par l'étude de la géométrie et de la logique en littérature, par l'étude patiente du dessin en peinture, du contrepoint et de la fugue en musique; de même l'observation minutieuse de toutes les parties du corps sonore, ses propriétés, la théorie des sons, les proportions mathématique des tubes et leur percement, les réalités de l'acoustique, jointes aux mystères, aux probabilités et aux spéculations de l'acousmatique (sic), servent d'appui, de règle à l'imagination, et peuvent seuls fournir les bons luthiers, les illustres facteurs, tels que les Amati, les Maggini, les Guarnerius, les Stradivarius, les Erard, les Pape, les Pleyel, etc.

« La fabrication des instruments à vent, dits d'harmonie, est depuis longtemps stationnaire en France, et même en Europe, si ce n'est en Allemagne, où l'on a fait quelques tentatives en ce genre qui ont produit des résultats assez intéressants. Voici donc venir M. Sax, qui perfectionne les instruments connus, et qui en invente de nouveaux, dont il joue en artiste intelligent, en virtuose. On pense bien qu'un industriel-artiste de ce genre et de ce mérite est peu fait pour plaire aux professeurs et facteurs routiniers: aussi n'est-il aucune sort de déboire, de menace par lettres anonymes et de découragement, qu'on ne lui ai déjà fait subir. C'est dans ces occasions-là que la presse a une noble mission à remplir, celle de stigmatiser les basses jalousies et de relever un courage abattu. Mais en parlant de cet artiste incompris, nous ne savons trop si nous pourrons nous faire comprendre nous-même de nos lecteurs, et les engager à nous suivre dans ce chemin ardu, dans les descriptions forcément techniques de ces instruments.

« M. Sax, s'il n'a pas crée le bugle, en a fort étendu la famille ; or le bugle est cousin germain de la trompette, et s'allie on ne peut mieux avec elle dans les fanfares de cavalerie, surtout par l'extension que lui a donnée M. Sax. Nous avons maintenant, grâce à lui, le petit bugle en mib, le bugle en Sib, le bugle en Mib ténor ou baryton, le bugle-basse, le bugle-contre-basse et l'ophicléide-trombone. On comprend tout d'abord combien la fanfare classique acquiert, par ces créations nouvelles, de richesses harmoniques. Tous ces instruments, d'un son déjà moins âpre que la trompette par leur plus grand développement, sont encore adoucis par deux systèmes de cylindres différents de ceux en usage à Vienne, à Berlin et à Bruxelles. Jusqu'à ce jour, on avait joint à ces instruments de cuivre un mécanisme compliqué, fragile, et par conséquent sujet à se déranger, et qui de plus, par l'inconvénient des courbes ou des angles trop rapprochés les uns des autres, nuisait à la sonorité. Par le procédé des deux nouveaux systèmes à cylindres de M. Sax, ces inconvénients ne sont plus à craindre que dans les instruments non cylindriques. Tels qu'on les avait fabriqués jusqu'à ce moment, l'intonation de ces instruments ne pouvait être juste ou modifiée : maintenant, le cylindre d'un demi-ton, par exemple, qui fait Si naturel ou Fa# ou Ut#, quand l'instrument est changé à peu près de moitié, ainsi de suite, ce qui fait que le demi-ton ne fait plus qu'un fort quart de ton dans ces derniers cas. Jusqu'à présent, aucun instrument à pistons, à cylindres, à clefs ou à trous, n'a pu faire les sons glissés, altérés, ou notes sensibles comme le violon, par exemple ; on obtiendra maintenant ces effets par le moyen d'une coulisse à ressort, qui ne complique pas la forme de l'instrument dans ses contours. Pour en donner une idée, il suffira de dire que c'est la coulisse ou pompe des cornets à pistons, qui servait à baisser ou hausser le ton, mise en mouvement par un ressort recevant l'impulsion du deuxième doigt de la main gauche, et qui altère, modifie le son sans lui faire perdre de son intensité, de son éclat, et de sa qualité.

« Dans l'ophicléide, les cavités et les peaux garnissant les clefs assourdissent considérablement l'instrument, et les rendent difficile à jouer, M. Sax a fait disparaître ces inconvénients en supprimant les cavités au moyen d'une plaque de cuivre qui, la cié fermée, se trouve à fleur de parois intérieures de l'instrument, de sorte qu'il n'y a de conservé, en matière élastique, que la partie posée sur le bord de l'ouverture : la même chose est praticable à tous les instruments à trous. L'inventeur applique aussi son système de cylindres à la trompette ordinaire, à laquelle ce procédé ne fait rien perdre de sa voix stridente et guerrière, plus heureuse en cela que le cor, auquel les pistons ont ôté son caractère et ses intonations pleines des mélancolie et de douceur, produites par ses sons bouchés.

« Indépendamment de ce système si bien coordonné d'instruments de cuivre, qui devrait être adopté dans toutes nos musiques militaires, mais surtout dans celle de cavalerie, M. Adolphe Sax est, ainsi que nous l'avons dit, inventeur créateur rationnel en instruments d'harmonie. Sa clarinette soprano, outre qu'elle descend plus bas, et qu'elle fait une foule de traits qui seraient inexécutables sur la clarinette ordinaire, peut encore attaquer sans le moindre effort, et sans pincer l'anche avec les lèvres, chaque note séparément, forte ou piano, avec la plus grande sûreté et sans préparations, telles que l'Ut, Ré, Min Fa, Sol, La, Si, Ut, Ré, Mi au-dessus de la cinquième ligne de la portée, clef de sol et le Mib et Ré naturel au-dessous des lignes de la même clef, notes basses qui n'existent pas sur les autres clarinettes. La partie du bec qui est sujette aux altérations qui résultent de la température humide ou séché, est en métal doré dans le nouvel instrument, et par conséquent exempte des influences de l'atmosphère.

« La nouvelle clarinette basse confectionnée par M. Sax devrait changer de nom à cause de la grande différence qui la distingue de l'ancienne sous tous les rapports. Le diamètre de son tube est on ne peut mieux proportionné à sa longueur, et a de plus un système de clefs particulier pour boucher les trous, qui, d'ailleurs, ne pourraient l'être par les doigts à cause de leur grandeur et des larges écartements qu'il a fallu leur donner dans la nouvelle combinaison. La clarinette basse est en Sib, une octave plus basse que la deuxième clarinette ordinaire. Ce bel instrument, avant qu'il ait atteint le degré de perfectionne où il est parvenu, a été signalé par le Journal des Débats et la Gazette musicale. L'auteur en joue avec beaucoup de facilité ; il en tire des son tout à la fois énergiques, onctueux et de la plus parfaite égalité. Et n'ayez peur que ces beaux résultats parviennent aux oreilles d'un ministre, d'un directeur des beaux-arts, d'un chef de bureau ou même du directeur du Conservatoire ; les professeurs de cet établissement, l'Opéra, le Gymnase musical, qui pourraient si bien profiter de ces belles et bonnes choses, ne manqueront pas de les entraver, par la seule raison qu'elles sont nouvelles et qu'il faudrait un peu s'écarter du chemin tracé. Adolphe Sax ne s'est pas encore tout à fait découragé, et pour se consoler des obstacles qu'il a rencontrés à chaque pas, il a déjà nommé, par un juste orgueil de père, le SAXOPHONE (sic). Cet instrument, qu'il nous a entendre, a la voix grave, noble et douce ; il est en cuivre, et sa longueur est d'à peu près huit pieds. Il fait, dans ses proportions de tube, le cône parabolique sur toute sa longueur ; il est armé de dix-neuf clefs fermant les trous, dont quelques uns ont à peu près deux pouces de diamètre. Son doigté est semblable à celui de la deuxième clarinette, et a pour embouchure un bec pareil, à peu de chose près, à celui de la nouvelle clarinette-basse. Son étendue est de trois octaves, sa note la plus grave est le La. Ainsi que nous le disait assez justement M. Sax, on sait que les instruments-basse à vent ont un son trop dur ou trop faible. L'ophicléide, qui fait les forte avec les trombones, a souvent des sons rauques, inégaux et surtout désagréables dans une salle et même en plein air ; il est très difficile de les modifier. Le basson, au contraire, n'est bon que pour l'accompagnement et pour certains effets qui lui sont propres ; il n'est presque d'aucune utilité pour les forte. Excepté ce dernier instrument, il n'en est point qui s'unissent agréablement avec les instruments à cordes ; ceux-ci sont nuls à l'extérieur alors qu'éclavent les vois

stridentes des instruments de cuivre. Le saxophone remédie à ces inconvénients : avec plus d'intensité dans sa sonorité, il se marie on ne peut mieux avec les instruments à cordes ; il peut modifier ses sons mieux qu'aucun autre. Depuis le son grave, retentissant, solennel et foudroyant de l'orgue jusqu'à l'intonation de la voix humaine filant un son perdendosi, il réunit tous les genres de sonorité. Ce bel et curieux instrument est pour ainsi dire un composé éclectique des effets les plus purs et les plus suaves du corps sonore.

« Ainsi donc trompettes, cors, quatre bugles à cylindres ou phyglehorns classés dans les caractères et différents registres de la voix humaine pour lier les sons de basses à ceux des instruments aigus ; clarinette-soprano et clarinette-basse perfectionnées de manière à pouvoir passer pour de véritables inventions, un nouvel instrument crée et vraiment digne de toute l'attention des compositeurs, tels sont les titres de ce jeune et habile facteur qui font de M. Adolphe Sax un homme, un artiste incompris... ou plutôt trop compris par les gens de métier et par les artistes arrêtés dans leur manière, qui croient que l'avenir de l'art musical est compromis si l'on ne joue pas de la clarinette ou de la trompette comme en jouaient leurs pères et comme ils prétendent en jouer toujours. Que M. Sax ne se décourage point, qu'il enseigne à des jeunes gens à se servir de ses instruments dont il joue si bien lui-même ; qu n'il fasse entendre publiquement ses élèves, et le Conservatoire, et le Gymnase de musique militaire, et l'Opéra finiront par lui ouvrir leurs portes, car il faut qu'il arrive, et il arrivera ». Signé Henri BLANCHARD.

No 40, October 1, 1843

p.341: NEWS. - We were happy to learn that the two clarinetists of the Royal Academy of Music will be trained at Mr. Adolphe SAX’s on the new bass clarinet, which makes us hope that we will enjoy this beautiful instrument soon.

No 40, du 1 octobre 1843

p.341 : NOUVELLES.- Nous apprenons avec plaisir que les deux clarinettistes de l'Académie royale de musique vont s'exercer chez M. Adolphe SAX sur la nouvelle clarinette-basse, ce qui nous fait espérer que nous jouirons sous peu de ce bel instrument.

No 46, November 12, 1843

p.388: NEWS. - People are speaking about the conspiracy of the orchestra de l’Opéra against the new instruments manufactured by Mr. SAX, and that DONIZETTI introduced into with several pieces of his work. If this fact is true, announcing it is justified.

No 46, du 12 novembre 1843

p.388 : NOUVELLES.- On parle d'une conspiration à l'orchestre de l'Opéra contre les nouveaux instruments fabriqués par M. SAX, et que DONIZETTI a introduits dans à plusieurs morceaux de son ouvrage. Si le fait est vrai, le signaler, c'est en faire justice.

No 49, Sunday, December 3, 1843

p.412: NEWS. - It was noticed in the concert of Mr. Berlioz, in Symphonie funèbre, the splendid effect produced by two of Mr. Sax’s bass clarinets, played by the instrument maker himself and young Mr. Dupré. It is easy to make the comparison between these admirable instruments and those of which continue to want to be used at the Opéra for Dom Sébastien.

No 49, du 3 décembre 1843

p.412 : NOUVELLES.- On a remarqué au concert de M. Berlioz, dans Symphonie funèbre, l'effet magnifique produit par deux clarinettes-basses, de M. Sax, jouées par le facteur lui-même et M. Dupré jeune. Il est facile de faire la comparaison entre ces admirables instruments et ceux dont on s'obstine à vouloir se servir à l'Opéra dans Dom Sébastien.

No 53, Sunday, December 31, 1843

p.445: NEWS. - During the previous week which has just passed, an imposing meeting took place at Mr. Adolphe Sax’s shop. This young and skillful artist, whose undeniable talent caused, until now, so much unjust opposition, had gathered several qualified judges in his workshops to submit to their unbiased consideration the various instruments of his invention, by which he had already acquired so many enemies. Misters MEYERBEER, SPONTINI, BERLIOZ, KASTNER, General de ROMIGNY, and several distinguished composers and journalists listened to the bass clarinet and soprano clarinet perfected by Mr. Adolphe Sax with a keen interest. The cylinder trumpet and the cylinder bugle, whose brilliant sonority was demonstrated by Mr. ARBAN, the bass bugle, the contrabass bugle and above all the saxophone, a true creation of genius, were all heard with admiration by this elite audience. Only ill will would permit questioning of the qualities of these instruments, whether recently invented, or merely improved. The resounding approval that Adolphe SAX has just obtained in this meeting will surely silence, as with the eyes of any impartial judge, the vague denials of animosity and envy for Mr. Sax, as would occur for any impartial judge.

No 53, du dimanche 31 décembre 1843

p.445 : NOUVELLES.- Dans le courant de la semaine qui vient de s'écouler, une séance imposante a du lieu chez M. Adolphe Sax. Ce jeune et habile artiste, dont le talent incontestable a suscité jusqu'à présent tant d'oppositions injustes, avait rassemblé dans ses ateliers plusieurs juges compétents pour soumettre à leur appréciation désintéressée les différents instruments de son invention qui lui ont acquis déjà tant d'ennemis. MM. MEYERBEER, SPONTINI, BERLIOZ, KASTNER, le général de ROMIGNY, et plusieurs compositeurs et journalistes distingués ont écouté avec un vif intérêt la clarinette-basse, la clarinette-soprano perfectionnées par M. Adolphe Sax. La trompette à cylindres, le bugle à cylindres, dont M. ARBAN a fait valoir la brillant sonorité, le bugle-basse, le bugle-contrebasse et surtout le saxophone, véritable création de génie, ont été entendus avec admiration par cet auditoire d'élite. Il n'est plus permis qu'à la malveillance de mettre en question les qualités de ces instruments, soit nouveaux, soit seulement perfectionnés. L'éclatante approbation qu'Adolphe SAX vient d'obtenir dans cette séance doit effacer à ses yeux, comme aux yeux de tout juge impartial, les dénégations obscures de l'animosité et de l'envie.

top

Translation by Jason Adams, Indiana State University

 

 

Home | Music | Recordings | Letters | Images | Books | Topics | Contact Us
Editorial Board/ L'équipe éditoriale: Paul Bro, Richard Dirlam, Jean-Marie Londeix, William H. Street
Copyright © 2002 SaxAmE. All rights reserved. Webmaster